Combien de pions au jeu de go ?

  • Friday, Sep 23, 2022

Apparu plusieurs siècles avant J.C, le jeu de go est aujourd’hui encore très populaire à travers le monde. Également connu sous le nom d’« échecs par encerclement », ce jeu de stratégie quasi millénaire tire ses origines de l’Extrême-Orient. Il se joue entre deux personnes, disposant l’une et l’autre de pions blancs ou noirs. Ces derniers devront alors astucieusement placer leurs pions, afin de remporter la partie. Alors combien de pions sont utilisés tout le long du jeu ?

Les pions au jeu de go

En matière de jeu de go, l'équipement est universel. Pour jouer une partie, les pions sont répartis en deux ensembles supposés infinis. Toutefois, dans la pratique, le nombre de pions par joueur est précisément défini. L’un disposera par conséquent de 180 pions blancs, tandis que l’autre disposera de 181 pions noirs.

Ces pions, encore appelés « pierres » ou « go-ishi » se présentent sous une forme lenticulaire. Cela facilite la saisie et le déplacement de ces derniers, sur chacune des intersections du support de jeu. Ils peuvent être conçus, à partir de matières précieuses, de matières semi-précieuses ou à partir d’autres matières moins précieuses.

Pour ce qui en est du reste de l’équipement pour une partie de jeu, il vous faut juste un plateau de jeu. Ce plateau, encore appelé « Goban », sert de support de déplacement des pions et il doit comporter :

  • 19 cases horizontales,
  • 19 cases verticales,
  • 9 intersections marquées d’un point noir,
  • Et un total de 361 intersections.

Les intersections marquées d’un point noir ou les « hoshis », ne sont toutefois nécessaires que pour les parties à handicaps.

Comment jouer au jeu de go ?

Le principe du jeu de go est très simple. Il consiste juste à contrôler le plus de territoires possible, dans le cadre du jeu. En début de partie, il revient au détenteur des pions noirs d’ouvrir les hostilités. Ensuite, chaque joueur dispose à tour de rôle ses pions sur le Goban (plateau), afin de former un territoire. Le joueur doit cependant veiller à poser ses pions, uniquement sur les intersections du plateau.

L’essentiel étant de contrôler le plus de surface sur plateau de jeu, les joueurs sont libres de placer leurs pièces là où ils souhaitent. La configuration de leur jeu aura alors pour objectif principal de tenter d’encercler l’adversaire, de limiter son avancée, mais surtout de capturer ses pièces.

Par rapport à ce dernier point, il convient de savoir qu’un pion est capturé, lorsqu’il est encerclé aux huit intersections environnantes. Il suffit pour cela que les pions servants à la capture soient des pièces adverses.

Une fois capturés, les pions sont entreposés dans des bols appelés go-ke et la partie s’achève dès lors qu’il n’y a plus de pion capturable.

Les règles du jeu

Le jeu de go oppose seulement deux joueurs à la fois. Il s’agit d’une sorte de duel au cours duquel chacun des protagonistes dispose d’un certain nombre de pions en fonction du nombre de cases choisies. À l’entame d’une partie, c’est généralement le joueur aux pièces noires qui ouvre le bal. Néanmoins, cela peut ne pas être le cas lorsqu’il s’agit de parties à handicap.

Après ce premier mouvement, chaque joueur pourra librement déplacer ses pièces sur le plateau de jeu, à l’intersection qu’il souhaite. Une fois ce déplacement effectué, les règles n’autorisent plus d’autres déplacements des mêmes pièces, sauf en cas de capture.

Pendant le déroulement de la partie, lorsqu’un pion ou une pièce est placé verticalement ou horizontalement sur une intersection vide, l’on dit de cette pièce qu’elle effectue une connexion. Et lorsque plusieurs pièces sont disposées sur chaque intersection, le long d’une ligne, elles constituent un groupe. À ce niveau, le joueur de la partie adverse devra faire attention, puisque la formation d’un groupe facilite la conquête de territoire.

Toujours selon les règles, dans le cas où un pion est encerclé par les pions adverses, il est capturé et retiré du jeu par la partie adverse. On dit alors que ce pion est en atari ou en situation d’échec. Il revient donc au propriétaire des pièces d’agir de sorte que ses pions ne soient pas capturés pendant la partie. Chaque joueur choisit cependant sa stratégie en fonction des angles d’attaque possible et de son agilité au jeu de go.

En fin de compte, le vainqueur de la partie est déterminé par le nombre de pions capturés par le joueur et par le nombre d’intersections libres dans chaque territoire. Le gagnant n’est autre que celui qui ressort avec le plus grand nombre de pions adverses dans son go-ke.